Votre expert – Mazyar Araeipour – est à votre disposition.

 

Nous proposons aux PME, TPE, start-up et indépendants suisses une solution simple qui vous permet de solutionner des problèmes ou difficultés.

Notre cœur de métier est de résoudre les difficultés liées à la gestion d’entreprise… Nous vous assistons tant au niveau stratégique, que tactique, qu’opérationnel.

Nous vous conseillons dans tous domaines d’activités sur des aspects économiques, financiers, juridiques et fiscaux.

Du diagnostic à l’accompagnement, en passant par le conseil, nous complétons vos connaissances à chaque étape du processus pour un véritable retour sur investissement.

Avec nos méthodes éprouvées et outils performants, vous pouvez comptez sur des conseils à forte valeur ajoutée…

Vous avez une demande d’information additionnelle sur les diagnostics et analyses, votre expert – Mazyar Araeipour – est à votre écoute.

  • Etudes de marché

    Une étude de marché est un travail d’exploration marketing destiné à analyser, mesurer et comprendre le fonctionnement réel des forces en œuvre dans le cadre d’un marché avec des plans d’actions précis.

    Il s’agit d’une activité typiquement mise en œuvre dans le cadre de la démarche du marketing management.

    Concrètement — une fois établi le périmètre à observer— cela recouvre l’étude des comportements, des appréciations, des besoins et des attentes des demandeurs et offreurs présents sur ce marché, ainsi que celles des conditions selon lesquelles ceux-ci agissent (ou non) pour réaliser les échanges correspondants à la satisfaction de leurs buts et intérêts.

    Les études de marché utilisent des techniques quantitatives telles que le sondage, les panels, et des techniques qualitatives telles que les entretiens individualisés, les réunions de groupes.

    Nous vous offrons un support lors de la création d’une étude de marché et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa réalisation afin que vous obteniez des données précises, utiles et pertinentes sur les cibles étudiées pour une prise de décision éclairée ainsi que dans votre gestion de projets.

  • Elaboration de scénarii

    L’élaboration de scénarii offre une représentation systémique et synthétique de la promesse que l’entreprise propose aux clients et du partage de la valeur entre les différentes parties prenantes, sur une période et pour un domaine d’activité clairement identifiés. Tandis que le business model décrit l’origine de la valeur ajoutée d’une entreprise, le business plan matérialise les plans en termes financiers.

    La promesse est alors une partie fondamentale du positionnement et son choix influe grandement sur la réussite du lancement d’un produit ou sur son maintien sur le marché notamment.

    Les scénarii sont donc un document de référence qui présente la manière dont une entreprise entend vendre ses services ou produits. À ce titre il est révélateur de la capacité de l’équipe dirigeante de l’entreprise à définir des objectifs et à produire des résultats.

    Les principaux aspects de l’activité sont passés en revue depuis les finalités (but, offres, stratégies), jusqu’aux ressources et moyens déployés (infrastructure, organisations, pratiques de diffusion ou distribution, processus et règles de fonctionnement). Le business model canvas, ou matrice d’affaires, complète parfaitement la démarche afin de représenter les facettes essentielles d’une entreprise ou d’un nouveau produit.

    Les entreprises faisant appel à des financements externes ou internes s’efforcent d’actualiser leurs scénarii en réponse aux demandes d’information et à la nécessaire adaptation au marché.

    Nous vous offrons un support lors de la description de scénarii taillé sur mesure et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa réalisation afin que vous ayez un aperçu complet de la vision et de la capacité à créer une valeur ajoutée plus ou moins rapidement.

  • Diagnostic organisationnel

    Un diagnostic organisationnel est une prise de recul pour évaluer l’«état de santé» d’une organisation telle qu’une entreprise dans le but d’établir des recommandations afin d’améliorer l’efficacité du fonctionnement et l’efficience des activités de collecte de fonds.

    Il est nécessaire de répondre aux questions suivantes :

    • La mission, la vision et les valeurs sont-elles claires, connues, véhiculées dans les actions et partagées par tous ?
    • La planification est-elle complète, réaliste, réalisable ? Se traduit-elle par des objectifs précis et mesurables ?
    • La gestion, les politiques internes, les structures, les modes de gestion et communications sont-ils adaptés à la mission et aux objectifs ?
    • Les ressources dont dispose l’organisation sont-elles des ressources (humaines, matérielles, financières et techniques) adéquates pour atteindre les objectifs ? Sont-elles utilisées à bon escient ?
    • Les programmes et activités de collecte de fonds sont-ils suffisamment diversifiés ? Quel est leur rendement réel ? Quel est leur potentiel de développement ?

    Le diagnostic permet par le biais d’une analyse documentaire rigoureuse, par la réalisation d’entrevues individuelles et de groupes ainsi que par la comparaison de la performance de l’organisation avec celle d’autres organisations semblables, de savoir si l’entreprise est efficacement organisée.

    Dans toute volonté d’évolution et d’amélioration, la première étape passe par un système d’analyse et d’évaluation de l’organisation actuelle.

    Nous vous aidons à définir une cartographie de la situation actuelle de votre organisation grâce à des outils d’analyse performants et une gestion de projets rigoureuse.

  • Diagnostic financier

    Le diagnostic financier consiste en un examen approfondi des ratios financiers et des comptes d’une entreprise et de ses perspectives, afin de fournir :

    • soit une évaluation de l’entreprise, destinée la plupart du temps à d’actuels ou de possibles futurs actionnaires;
    • soit une évaluation de sa seule solvabilité, afin de déterminer si l’entreprise analysée peut être une contrepartie acceptable (fournisseur, banque, agence de notation);
    • soit un diagnostic interne (audits stratégiques ou audits de gestion) servant de support à des choix stratégiques concernant les modes de financement ultérieurs.

    Le but de cette analyse est de fournir, à partir d’informations d’origines diverses mais surtout d’informations comptables, une vision synthétique qui fait ressortir la réalité de la situation et qui doit aider le dirigeant, l’investisseur et le prêteur dans leur prise de décision.

    Le diagnostic financier permet par le biais d’une analyse financière rigoureuse de déterminer la profitabilité, la solvabilité et la liquidité de l’activité, ainsi de savoir si l’entreprise est «saine».

    Dans toute volonté d’évolution et d’amélioration, la première étape passe par un système d’analyse et d’évaluation financière actuelle.

    Nous vous aidons à définir un diagnostic financier de la situation actuelle de votre organisation grâce à des outils d’analyse performants.

  • Diagnostic de valorisation immobilière

    Nous établissons préalablement un rapport sur le potentiel de valorisation d’un bien immobilier (terrain, parcelle, immeuble, villa, appartement, etc.), avec la présentation de plusieurs variantes. Puis, après en avoir discuté avec le propriétaire, nous vous pouvons faire appel à des expert-e-s pour déposer la variante sélectionnée devant les services officiels, sous la forme d’une requête en autorisation de construire, pour établir le cahier des charges pour un appel d’offres, pour sélectionner les entreprises et pour proposer l’une d’elles pour la suite de la valorisation.

    Nous vous proposons également une valorisation économique des biens immobiliers de plusieurs types en fonction de vos besoins spécifiques … valeur vénale, valeur de rendement, etc. pour des calculs notamment de valeur en PPE ou d’un droit d’usufruit.

    Les outils d’aide à la décision sont pour les principaux :

    • la valeur actuelle nette – Discounted Cash Flow (DCF),
    • le taux de rentabilité interne (TRI) du projet ou des actionnaires,
    • le taux de rendement interne modifié (Taux Baldwin),
    • le délai de récupération du capital investi – Pay-back period (PBP),
    • l’indice de profitabilité.

    Nous vous offrons un support au diagnostic de valorisation immobilière et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa réalisation afin que vous ayez en main une vue claire des démarches à entreprendre et de la valeur du bien immobilier.

    Nous pouvons également intervenir dans le cadre de divorce, de succession, d’un projet d’achat ou de vente d’un bien immobilier.

  • Diagnostic de valorisation de projet d'investissements

    Le diagnostic de valorisation de projet d’investissement identifie les écarts qu’il pourrait y avoir par rapport à la norme définie et les mesure. Une analyse des besoins permet de dégager des améliorations possibles. Le diagnostic est complété généralement par une évaluation financière du projet d’investissement en étudiant un ou plusieurs projets permettant d’analyser leurs viabilité en fonction des conditions internes et externes d’une entreprise. Ces conditions constituent les normes et les contraintes imposées aux projets et peuvent être basées sur des études techniques et commerciales déjà réalisées dans le passé.

    Les outils d’aide à la décision sont pour les principaux :

    • la valeur actuelle nette – Discounted Cash Flow (DCF),
    • le taux de rentabilité interne (TRI) du projet ou des actionnaires,
    • le taux de rendement interne modifié (Taux Baldwin),
    • le délai de récupération du capital investi – Pay-back period (PBP),
    • l’indice de profitabilité,
    • l’analyse de scénarii,
    • l’analyse de sensibilité,
    • l’analyse de réversibilité
    • les critères de Wald (maximin), de Laplace, de Bayes (espérance de gain), de Savage (regret minimum), d’Hurwitz (coefficient de confiance).

    Nous vous offrons un support au diagnostic de valorisation de projet d’investissements de toute nature et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa réalisation afin que vous ayez en main une maîtrise des coûts et dépenses.

Votre expert – Mazyar Araeipour – est à votre disposition.

 

Nous proposons aux PME, TPE, start-up et indépendants suisses une solution simple qui vous permet de solutionner des problèmes ou difficultés.

Notre cœur de métier est de résoudre les difficultés liées à la gestion d’entreprise… Nous vous conseillons tant au niveau stratégique, que tactique, qu’opérationnel.

Nous vous conseillons dans tous domaines d’activités sur des aspects économiques, financiers, juridiques et fiscaux.

Du diagnostic à l’accompagnement, en passant par le conseil, nous complétons vos connaissances à chaque étape du processus pour un véritable retour sur investissement.

Avec nos méthodes éprouvées et outils performants, vous pouvez comptez sur des conseils à forte valeur ajoutée…

Vous avez une demande d’information additionnelle sur les audits des gestion et analyses, votre expert – Mazyar Araeipour – est à votre écoute.

  • Audits de gestion

    Les audits de gestion peuvent être de tout ordre… y compris un contrôle spécial exigé par les actionnaires.

    Il est effectuée par un expert-e compétent-e et impartial-e qui aboutit à un jugement par rapport à une norme notamment sur les états financiers, le contrôle interne, l’organisation, la procédure, ou une opération quelconque d’une entité. C’est donc des opérations d’évaluations, d’investigations, de vérifications ou de contrôles, en raison d’exigences réglementaires, normatives ou économique en vue de gain de productivité, d’efficacité, d’efficience.

    L’audit est un outil d’amélioration continue … il permet de faire le point sur l’existant afin d’en dégager les points faibles ou non conformes, suivant les référentiels d’audit choisi. Ce constat, nécessairement formalisé sous forme de rapport écrit, permet de mener les plans d’actions nécessaires pour corriger les écarts et dysfonctionnements relevés.

    Les références aux normes peuvent être notamment aux normes ISO ou à des benchmarks et des critères de performance économique (couple rentabilité-coûts), qui traite de la technique de l’audit et des compétences requises de l’auditeur. Les auditeurs externes légaux s’appuient pour leurs contrôles sur des référentiels comptables, nationaux ou transnationaux, et sur des principes de contrôle interne.

    Nous vous offrons des audits de toute nature et nous vous assistons dans toutes les étapes dans leur mise en application au besoin.

  • Retour sur investissement - ROI

    Le retour sur investissement ou rentabilité du capital investi (RCI), parfois appelé également rendement, taux de rendement, taux de profit ou encore ROI (Return on Investment), désigne le ratio financier qui mesure le montant d’argent gagné ou perdu, par rapport à la somme initialement investie dans un investissement notamment ou dans une entreprise à l’extrême, dans ce cas, on parlera d’évaluation d’entreprise. Pour se référer à l’argent investi, on emploie les termes d’actif, de capitaux, de somme principale ou de valeur d’acquisition de l’investissement ou de l’entreprise.

    Pour avoir des informations sur le caractère durable ou non du retour sur investissement, on parlera de performance durable.

    Le retour sur investissement attendu par les actionnaires majoritaires, investisseurs ou entrepreneurs varient en fonction de l’investissement, que cela soit un projet, une unité de production, une PME, TPE ou une entreprise cotée, etc.

    Les outils d’aide à la décision sont pour les principaux :

    • le tableau de Du Pont,
    • le coût du capital, soit le WACC ou le MEDAF,
    • l’Economic Value Added (EVA), résultat net résiduel,
    • la valeur actuelle nette – Discounted Cash Flow (DCF),
    • le taux de rentabilité interne (TRI) du projet ou des actionnaires.

    Nous vous offrons un support à l’évaluation du retour sur investissement de projets de toute nature et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa compréhension (taux de rotation du capital et taux de marge bénéficiaire) afin que vous ayez en main toutes les clés pour décider.

  • Analyse financière

    L’analyse financière consiste en un examen approfondi des comptes (Bilan et Compte de performance) d’une entreprise et de ses perspectives, afin de fournir :

    • soit une évaluation de l’entreprise, destinée la plupart du temps à d’actuels ou de possibles futurs actionnaires;
    • soit une évaluation de sa seule solvabilité, afin de déterminer si l’entreprise analysée peut être une contrepartie acceptable (fournisseur, banque, agence de notation);
    • soit un diagnostic interne servant de support à des choix stratégiques concernant les modes de financement ultérieurs.

    Le but de cette analyse est de fournir, à partir d’informations d’origines diverses mais surtout d’informations comptables, une vision synthétique qui fait ressortir la réalité de la situation et qui doit aider le dirigeant, l’investisseur et le prêteur dans leur prise de décision. Les aspects les plus souvent étudiés sont la profitabilité, la solvabilité et la liquidité de l’activité, ainsi de savoir si les ratios sont en ligne avec les objectifs attendus et servent à la comparaison avec la concurrence.

    Dans toute volonté d’évolution et d’amélioration, la première étape passe par un système d’analyse et d’évaluation financière actuelle.

    Nous vous aidons à définir une analyse financière de la situation actuelle de votre organisation grâce à des outils d’analyse performants.

  • Contrôle interne et des risques

    Le contrôle interne est un dispositif mis en œuvre par la haute-direction d’une organisation (privée comme les entreprises ou publique comme les communes) pour lui permettre de maîtriser les opérations à risques qui doivent être faites par elle.

    Ses ressources sont pour cela mesurées, dirigées et supervisées de façon à permettre au management de réaliser ses objectifs. C’est une notion fondamentale du management des entreprises et des administrations qui va les pousser dans les années à venir à revoir en profondeur leur structure.

    Le contrôle interne est un processus mis en œuvre par les organes dirigeants, le Conseil d’administration et la direction générale, et le personnel d’une organisation, destiné à fournir une assurance raisonnable quant à la réalisation des objectifs suivants :

    • réalisation et optimisation des opérations,
    • fiabilité des informations financières,
    • respect des lois et réglementations en vigueur.

    La notion de contrôle interne a plusieurs dimensions, mais en règle générale 3 fondamentales :

    • La lutte contre la fraude… cela a été un des moteurs du développement de la notion de contrôle interne.

    À l’origine, il y a la publication, en 1977 aux États-Unis, du Foreign Corrupt Practices Act (FCPA). Cette loi exige des entreprises qu’elles mettent en place des programmes de contrôle interne. L’objectif était de détecter les fraudes et de protéger les ressources de l’entreprise. Cela concerne d’abord les biens matériels comme les stocks, les comptes clients, … mais aussi les biens incorporels comme les brevets, la propriété intellectuelle, les savoir-faire, les marques, …

    • La sincérité des états financiers des entreprises… ce souhait a été le deuxième moteur du développement du contrôle interne.

    En 1985 la commission Treadway est née de la prise de conscience des erreurs répétitives constatées dans les comptes d’un certain nombre d’entreprises, notamment celles qui avait fait l’objet de rachat par des “Raiders”. Elle s’est fixé comme objectif d’arriver à lutter contre les fraudes constatées dans les états financiers (bilan et compte de résultat) de certaines entreprises. En 1992 les travaux du COSO, Committee Of Sponsoring Organisations of the Treadway Commission se sont traduits par un premier rapport : Internal Control – Integration Framework. En français, c’est devenu “La pratique du contrôle interne”. Il donne une définition communément acceptée de la notion de contrôle interne et détaille un cadre général de mise en place d’un système de contrôle interne et la manière dont il peut être renforcé et amélioré. Puis en 2002 une loi américaine rigoureuse, la Loi Sarbanes-Oxley, permet de renforcer le contrôle des comptabilités concernant les sociétés cotées aux États-Unis. C’est une loi de protection des investisseurs imposant de nouvelles règles concernant la comptabilité et la transparence financière. Pratiquement chaque pays a intégrer dans la révision des comptes des sociétés, la notion d’évaluation du système de contrôle interne.

    • La mise en place d’une organisation plus efficace et plus performante… faisant évoluer l’objectif du contrôle interne.

    L’objectif de la démarche consiste à disposer des bonnes informations au bon moment afin de prendre les bonnes décisions. De manière plus générale il s’agit de déterminer les objectifs stratégiques, de mettre en place des dispositifs opérationnels et de respecter les lois et les règlements. Le contrôle interne nécessite de mettre en place des procédures qui respectent l’ensemble de ces objectifs tout en améliorant l’efficacité de l’entreprise.

    Le développement des méthodes de contrôle interne a une influence importante sur le développement des systèmes d’information car leur fonctionnement a un impact sur l’efficacité des processus de l’entreprise. Il est pour cela nécessaire de mettre en place des dispositifs de gestion de contrôle adaptés. Ceux-ci reposent à leur tour sur des systèmes d’information permettant d’alimenter des tableaux de bord de suivi des processus.

    Nous vous aidons à définir le système de contrôle adéquat et de mettre en place ce dernier afin d’optimiser les processus et d’avoir un impact positif sur leur efficacité.

    Nous vous assistons lors de la révision des comptes par les auditeurs afin que ces derniers attestent de l’existence d’un système de contrôle interne (CO art. 728a) lors de leurs travaux.

  • Révision et audit des comptes

    Nous proposons aux PME, TPE, start-up et indépendants suisses, ainsi qu’aux institutions de prévoyance, associations et fondations, une solution simple qui leur permet de faire d’auditer et de réviser leurs comptes selon le droit suisse (CO art. 727 et ss) et selon les obligation du contrôle ordinaire ou du contrôle restreint.

    Nous révisons les comptes des sociétés ou les comptes de groupe (consolidation) soumises au contrôle ordinaire (CO art. 728 et ss) ou à une “review”, contrôle restreint (CO art. 729 et ss), et nous établissons les rapports y relatifs.

    Nous révisons également les comptes des institutions de prévoyance, fondations et associations, conformément aux dispositions légales suisse et aux statuts de l’organisme, et nous établissons les rapports y relatifs.

    Nous pouvons agir comme contrôleur spécial dans le cadre d’un audit diligenté par les actionnaires lors d’une assemblée générale (CO art. 697a et ss) ou par un juge (CO art. 697b et ss et CO art. 697c et ss).

     

Votre expert – René Curti – est à votre disposition.

 

Nous proposons aux PME, TPE, start-up et indépendants suisses une solution simple qui vous permet de solutionner des problèmes ou difficultés.

Notre cœur de métier est de résoudre les difficultés liées à la gestion d’entreprise… Nous vous conseillons tant au niveau stratégique, que tactique, qu’opérationnel.

Nous vous conseillons dans tous domaines d’activités sur des aspects économiques, financiers, juridiques et fiscaux.

Du diagnostic à l’accompagnement, en passant par le conseil, nous complétons vos connaissances à chaque étape du processus pour un véritable retour sur investissement.

Avec nos méthodes éprouvées et outils performants, vous pouvez comptez sur des conseils à forte valeur ajoutée…

Vous avez une demande d’information additionnelle sur les évaluations d’entreprise, votre expert – René Curti – est à votre écoute.

  • Due diligence

    La due diligence est l’ensemble des vérifications qu’un éventuel acquéreur ou investisseur “doit” réaliser avant une transaction d’achat, afin de se faire une idée précise de la situation d’une entreprise.

    La due diligence est un concept anglo-saxon qui demande à l’acquéreur de se prémunir lui-même contre tout élément négatif d’une opération qui pourrait être évité. Il s’agit en quelque sorte d’un devoir élémentaire de précaution.

    Il existe plusieurs types de due diligences (stratégique, économique, environnementale, informatique, légale, fiscale, sociale, comptable et financière,…).

    Nous accompagnons les entreprises, les entrepreneurs et les investisseurs pour leurs projets d’acquisition et les sociétés en développement dans le cadre de leur croissance externe en effectuant une due diligence financière, sociale et fiscale.

  • Acquisition & Transmission d'entreprise

    Nous accompagnons les entreprises, les entrepreneurs et les investisseurs pour leurs projets d’acquisitions et les sociétés en développement dans le cadre de leur croissance externe.

    Nous assistons l’acquéreur sur …

    • la recherche de cibles d’acquisition,
    • la due diligence financière, sociale et fiscale,
    • la structuration financière, l’optimisation fiscale et la négociation de la transaction.

    Nous accompagnons les entrepreneurs dans le cadre de la transmission de leur entreprise et les entreprises dans le cadre de levées de fonds pour le financement de leur croissance.

    Nous assistons le vendeur sur …

    • l’acquisition dans le cadre d’une croissance externe ou d’une diversification,
    • le financement par la dette ou investissement en capital,
    • la transmission au sein de la famille, transmission aux cadres, cession à un investisseur industriel ou financier.
  • Evaluation d'entreprise

    L’évaluation d’entreprise est une estimation, à partir de critères qui se veulent objectifs, de la juste valeur d’une entreprise à une date donnée, qui se définit comme la fourchette de prix qui peut être obtenu à un moment donné. Le prix juste est obtenu lorsque un acheteur et un vendeur, qui sont prudents, informés et compétents, et qui agissent indépendamment l’un de l’autre, se sont mis d’accord sur la transaction.

    L’évaluation d’entreprise peut être utile à des fins transactionnelles, de fiscalité ou servir en stratégie de base de référence dans un projet de valorisation d’entreprise. L’évaluation d’entreprise se distingue quelque peu de l’évaluation de projets d’investissement par les outils d’évaluation utilisés, même s’il est possible d’évaluer l’entreprise à partir de la somme de ses projets.

    L’évaluation d’entreprise part de l’idée qu’il est possible d’optimiser la performance de l’entreprise dans une approche de management. Cette performance de l’entreprise se traduit par une meilleure compétitivité (par la qualité, l’innovation, …), mais donne aussi lieu à une répartition de cette performance. Cette répartition a son importance, car optimiser l’entreprise c’est aussi améliorer la cohésion sociale (dont la gouvernance d’entreprise) qui constitue finalement un capital immatériel (de plus en plus important pour le marketing des services du fait de la proximité entre le client et le producteur de service).

    Nous vous offrons un support à l’évaluation d’entreprise de toute nature et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa compréhension (Valeur de rendement, des actifs nets, des flux actualisés, …) afin que vous ayez en main toutes les clés pour décider.

  • Evaluation immobilère

    La réalisation une évaluation immobilière consiste à apprécier la valeur à laquelle un bien immobilier est pourrait être vendu. Pour cela, nous nous basons sur des expert-e-s aguerri-e-s et connaissant parfaitement le marché immobilier suisse.

    Plusieurs raisons peuvent inciter à estimer la valeur d’un immeuble :

    • préparer une mutation (transaction),
    • financer ou refinancer le bien immobilier,
    • effectuer les actes de gestion (assurer l’immeuble en valeur à neuf, faire le point de la valeur de ses propres biens dans le cadre d’une saine gestion, déterminer la valeur locative, i.e. le prix du loyer),
    • payer ses impôts ou vérifier leur bien-fondé (droits de mutation, taxe foncière sur les propriétés),
    • déclarer annuellement la valeur d’un portefeuille immobilier,
    • défendre ses droits en justice.

    Une évaluation immobilière peut se faire suivant plusieurs approches :

    • La comparaison des prix pratiqués sur le marché pour des biens semblables.
    • L’actualisation des gains futurs générés par le bien (DCF).
    • Le calcul du coût de remplacement déprécié du bien, qui convient en particulier aux immeubles à usage unique ou hors-marché (écoles, musées, usines par exemple).

    La formule utilisée par les institutions financières, mais également par les investisseurs qui considèrent un bien immobilier comme un produit financier, considère la valeur comme étant égale aux revenus net divisé par le taux global d’actualisation.

    Nous vous offrons un support à l’évaluation de tout bien immobilier et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa compréhension (Comparaison, DCF, …) afin que vous ayez en main toutes les clés pour décider.

  • Evaluation de projets d'investissements

    L’évaluation de projets d’investissements est l’étude d’un ou plusieurs projets permettant d’analyser leurs viabilité en fonction des conditions internes et externes d’une entreprise. Ces conditions constituent les normes et les contraintes imposées aux projets et peuvent être basées sur des études techniques et commerciales déjà réalisées dans le passé.

    Le choix et la décision d’un investissement est crucial dans la vie d’une entreprise, car il est par principe irréversible. Cela revient au calcul de la valeur présente de l’actif créé par le projet et de sa comparaison au coût du projet. Le projet est créateur de richesse si sa valeur présente est supérieure à son coût. En termes relatifs, cela équivaut à une rentabilité économique supérieure au coût moyen pondéré du capital. La rentabilité économique est calculée sur la base du plan d’affaires. Le coût moyen pondéré du capital utilisé n’est pas celui de la société dans son ensemble mais celui du projet spécifique. On peut en effet représenter une entreprise comme la détentrice d’un portefeuille de projets. Dès lors, dans la même mesure qu’un investisseur juge de la rentabilité de chaque action au regard de son bêta, chaque actif opérationnel doit être jugé au regard de son propre risque systématique.

    Intuitivement, un projet d’investissement dont la rentabilité attendue est supérieure au coût moyen pondéré du capital qui lui est associé aura sur la société :

    • si sa rentabilité est faible, un impact bénéfique sur le niveau de risque systématique plus important que l’impact négatif sur la rentabilité de l’ensemble,
    • si sa rentabilité est forte, un impact positif sur la rentabilité de la société l’emportant sur l’accroissement induit du risque systématique.

    Plus généralement, la création de richesse induite par un projet d’investissement spécifique est en théorie indépendante des caractéristiques financières du reste de la société. La pertinence d’une décision d’investissement ne dépend que de la capacité à estimer sa rentabilité espérée et à évaluer sa sensibilité à la conjoncture macroéconomique.

    Les outils d’aide à la décision sont pour les principaux :

    • la valeur actuelle nette – Discounted Cash Flow (DCF),
    • le taux de rentabilité interne (TRI) du projet ou des actionnaires,
    • le taux de rendement interne modifié (Taux Baldwin),
    • le délai de récupération du capital investi – Pay-back period (PBP),
    • l’indice de profitabilité,
    • l’analyse de scénarii,
    • l’analyse de sensibilité,
    • l’analyse de réversibilité
    • les critères de Wald (maximin), de Laplace, de Bayes (espérance de gain), de Savage (regret minimum), d’Hurwitz (coefficient de confiance).

    Nous vous offrons un support à l’évaluation des projets d’investissements de toute nature et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa réalisation afin que vous ayez en main une maîtrise des coûts et dépenses.

  • Retour sur investissements - ROI

    Le retour sur investissement ou rentabilité du capital investi (RCI), parfois appelé également rendement, taux de rendement, taux de profit ou encore ROI (Return on Investment), désigne le ratio financier qui mesure le montant d’argent gagné ou perdu, par rapport à la somme initialement investie dans un investissement notamment ou dans une entreprise à l’extrême, dans ce cas, on parlera d’évaluation d’entreprise. Pour se référer à l’argent investi, on emploie les termes d’actif, de capitaux, de somme principale ou de valeur d’acquisition de l’investissement ou de l’entreprise.

    Pour avoir des informations sur le caractère durable ou non du retour sur investissement, on parlera de performance durable.

    Le retour sur investissement attendu par les actionnaires majoritaires, investisseurs ou entrepreneurs varient en fonction de l’investissement, que cela soit un projet, une unité de production, une PME, TPE ou une entreprise cotée, etc.

    Les outils d’aide à la décision sont pour les principaux :

    • le tableau de Du Pont,
    • le coût du capital, soit le WACC ou le MEDAF,
    • l’Economic Value Added (EVA), résultat net résiduel,
    • la valeur actuelle nette – Discounted Cash Flow (DCF),
    • le taux de rentabilité interne (TRI) du projet ou des actionnaires.

    Nous vous offrons un support à l’évaluation du retour sur investissement de projets de toute nature et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa compréhension (taux de rotation du capital et taux de marge bénéficiaire) afin que vous ayez en main toutes les clés pour décider.

  • Validation de projets

    L’évaluation de projets, notamment de projets d’investissement, est l’étude d’un ou plusieurs projets permettant d’analyser leurs viabilité en fonction des conditions internes et externes d’une entreprise. Ces conditions constituent les normes et les contraintes imposées aux projets et peuvent être basées sur des études techniques et commerciales déjà réalisées dans le passé.

    Pour évaluer un projet, une grille d’analyse multicritères est développée afin de tenir comptes non seulement des aspects économiques et financiers du projet, mais également de sa durabilité, de son alignement à la stratégie d’entreprise, de sa conformité, …

    Les outils d’aide à la décision sont pour les principaux :

    • la valeur actuelle nette – Discounted Cash Flow (DCF),
    • le taux de rentabilité interne (TRI) du projet ou des actionnaires,
    • le taux de rendement interne modifié, (Taux Baldwin)
    • le délai de récupération du capital investi – Pay-back period (PBP),
    • l’indice de profitabilité,
    • l’analyse de scénarii,
    • l’analyse de sensibilté,
    • l’analyse de réversibilité
    • les critères de Wald (maximin), de Laplace, de Bayse (espérance de gain), de Savage (regret minimum), d’Hurwitz (coefficent de confiance).

    Nous vous offrons un support à l’évaluation des projets de toute nature et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa réalisation afin que vous ayez en main une maîtrise des coûts et dépenses.

  • Evaluation de la gouvernance

    L’évaluation de la gouvernance peut être aussi bien utilisée pour évaluer de la gouvernance d’un projet, d’une activité, d’une unité ou d’une entité. Le cadre se veut « générique » et correspond à une application optimale recherchée en matière de gouvernance. Les termes, les intervenants ainsi que les structures attendues doivent être adaptés au contexte de l’évaluation.  Certaines pratiques pourraient ne pas s’appliquer ou ne pas être retenues de façon consciente et transparente par l’organisation.

    Au travers d’une analyse qui regroupe plus de 100 points d’analyse, nous évaluons l’application au sein de l’entreprise des principes de gouvernance, le mode de prise de décision et la formalisation de celles-ci. Cette évaluation se fonde sur la documentation recensée ainsi que sur des entretiens avec les organes de gouvernance au sens strict, actionnaires, membres du Conseil d’administration et Direction. Cet audit permet d’identifier les principaux axes d’amélioration et d’établir les actions à entreprendre pour renforcer la gouvernance de l’entreprise.

    Quiconque établit de manière avérée un bilan selon les critères de bonne gouvernance à l’aide d’une évaluation gagne la confiance des parties prenantes de l’entreprise, que sont les actionnaires/propriétaires, les investisseurs, les collaborateurs, clients, fournisseurs, autorités ainsi que celle du public.

    Nous vous aidons dans l’évaluation de la gouvernance d’un projet, d’une activité, d’une unité ou d’une entité afin que vous disposiez d’un bon diagnostic qui permet de trouver des solutions plus efficaces et de la manière la plus efficiente.

  • Evaluation des risques (961c CO)

    L’évaluation des risques vise à réduire la probabilité d’échec ou d’incertitude de tous les facteurs pouvant affecter les objectifs d’une entreprise, d’une ONG, d’une collectivité publique ou d’un projet stratégique.

    Cette évaluation des risques permet de transcender la simple obligation législative que les sociétés doivent remplir lorsqu’elles établissent leur rapport annuel (CO 961c al. 2 ch. 2). Afin d’apporter une valeur ajoutée, nous vous aidons à mettre en œuvre une gestion des risques qui répond aussi bien à la norme ISO 31000:2018 que le référentiel COSO II (2017) afin de préserver le patrimoine de l’entreprise et d’avoir une assurance raisonnable quant à l’atteinte des objectifs stratégiques. Il est adapté à tous les types d’organisations (entreprises commerciales, ONG, administrations publiques, …), tous les types d’activités (finance et banques, industries, production, services, vente, …) et de nombreuses fonctions. Combiné aux différents cockpits dédiés à la gestion des risques, il permet d’assurer un suivi et une optimisation constante des mesures prises dans la gestion des risques stratégiques.

    C’est un outil très utile et indispensable pour les membres de la haute-direction d’une entreprise, tel que les conseils d’administration et la direction générale, mais également pour les chefs de PME, voire TPE.

    Nous vous aidons à prendre du recul et à construire une cartographie des risques globale et performante afin de minimiser l’impact sur les activités et d’assurer l’atteinte des objectifs fixés.

Votre expert – Olivier Terrettaz – est à votre disposition.

 

Nous proposons aux PME, TPE, start-up et indépendants suisses une solution simple qui vous permet de solutionner des problèmes ou difficultés.

Notre cœur de métier est de résoudre les difficultés liées à la gestion d’entreprise… Nous vous assistons tant au niveau stratégique, que tactique, qu’opérationnel.

Nous vous conseillons dans tous domaines d’activités sur des aspects économiques, financiers, juridiques et fiscaux.

Du diagnostic à l’accompagnement, en passant par le conseil, nous complétons vos connaissances à chaque étape du processus pour un véritable retour sur investissement.

Avec nos méthodes éprouvées et outils performants, vous pouvez comptez sur des conseils à forte valeur ajoutée…

Vous avez une demande d’information additionnelle sur les conseils d’entreprise, votre expert – Olivier Terrettaz – est à votre écoute.

  • Processus de prise de décisions

    Nous vous aidons à prendre des décisions, et si possible, les bonnes. Nos outils se basent sur des données et information concrètes tout en prenant en compte les aspects intuitifs.

    Une entreprise performante doit prendre des décisions rapidement et les exécuter efficacement. Le processus décisionnel au sein d’une organisation se doit d’être fluide, rationnel et basé sur des faits. Un bon système décisionnel a pour principal but d’éviter la paralysie, trop régulièrement rencontrée dans la prise de décision, et permettre une exécution rapide.

    Nous proposons et implémentons des processus décisionnels au niveau stratégique, tactique et opérationnel, adapté à votre entreprise.

  • Deuxième opinion

    Solliciter un deuxième avis auprès d’un expert-e est une pratique fréquente lorsque vous souhaitez vous faire une opinion claire sur prise de décision importante, notamment un choix d’investissement, afin de prendre une décision en toute connaissance de cause avec toutes les clés en main.

    Nous vous aidons à prendre des décisions éclairées dans des situations complexes ou en cas de problèmes sérieux afin que vous agissiez en pleine conscience.

  • Conseils stratégiques

    Le conseil stratégique vise à fournir aux dirigeants d’entreprises des conseils spécialisés pour la définition d’une stratégie d’entreprise. Nous intervenenons sur toute problématique ne trouvant pas de solution formalisée, toute faite ni prête à l’emploi.

    Un conseil stratégique permet de fonder les décisions des organes dirigeants sur des analyse objectives de la situation et indépendante de tout conflit d’intérêts. Cela permet en outre d’anticiper et de répondre aux changements des conditions de l’environnement de l’entreprise, que cela soit le marché, la réglementation, l’évolution environnementale, économie, juridique, fiscale ou financière, …).

  • Conseils économiques et financiers

    Nous vous conseillons en …

    • due diligence,
    • évaluation d’entreprise,
    • décisions d’investissement,
    • analyses financières,
    • analyses économiques,
  • Conseils en management

    Nous vous conseillons en …

    • management situationnel,
    • change management,
    • planification stratégique,
    • plans directeurs,
    • analyse des risques,
  • Conseil en organisation

    Nous vous conseillons en …

    • gouvernance,
    • gestion des risques,
    • système de contrôle interne (SCI),
    • gestion de la qualité,
    • gestion des processus,

    Les conseils interviennent notamment lors de modification du cadre législatif, forte évolution du chiffre d’affaires à la baisse comme à la hausse ou d’une évolution de la situation économique.

  • Conseils en assurances

    Nous vous conseillons en toute indépendance dans le choix des assurances, que cela soit des assurances sociales (AVS, LAA, APGm, LPP, etc.) ou privées (RC, Entreprise, Perte d’exploitation, etc.) afin que leur couverture réponde au plus près de vos besoins.

    Nous pouvons établir des “fitness checks” de vos assurances pour diagnostiquer les lacunes de couverture.

    Nous optimisons votre portefeuille d’assurance afin que les coûts (primes d’assurance) soit au plus juste de vos besoins.

    Pour les entreprises d’une certaine taille, nous pouvons vous conseiller sur des modèles d’assurance captives – société créée par l’entreprise qui va jouer le rôle d’un assureur traditionnel en garantissant les risques uniquement supportés par l’entreprise – voire d’assurance mutuelle.

    Nous vous conseillons également sur la protection juridique la plus adaptées à votre structure et sur l’assurance des organes dirigeants (D&O – Director & Officer) pour protéger votre conseil d’administration.

  • Conseils en LPP - Caisse de pension et plan de prévoyance

    Nous vous conseillons en toute indépendance dans le choix de la caisse de pension (IP – Institution de prévoyance) afin que le plan de prévoyance – primauté de cotisation ou de prestations – réponde au plus près des besoins que vous souhaitez pour votre personne et vous-même.

    Nous pouvons établir des “fitness checks” de votre plan de prévoyance et couverture des risques pour diagnostiquer les lacunes.

    Nous pouvons vous conseiller tous les types offerts, notamment la fondation propre ou la fondation collective.

    Nous optimisons votre plan de prévoyance afin que les coûts (prime de risques) soit au plus juste de vos besoins.

  • Conseils fiscaux

    Nous pouvons vous conseiller sur les questions fiscales en matière :

    • de TVA,
    • d’établissement de déclarations d’impôts pour les personnes physiques et morales,
    • de démarches auprès des autorités fiscales pour réclamation, recours et négociation,
    • de succession, transmission, scission, fusion et acquisition (approche comptable, fiscale et juridique).
  • Conseils juridiques

    Nous pouvons vous conseiller sur les questions juridiques en matière :

    • de gestion des société, dans son ensemble,
    • de tous types de contrats et conventions,
    • de conventions d’actionnaire ,
    • de droit des sociétés,
    • de droit du travail,
    • du bail,

Votre expert – René Curti – est à votre disposition.

 

Nous proposons aux PME, TPE, start-up et indépendants suisses une solution simple qui vous permet de solutionner des problèmes ou difficultés.

Notre cœur de métier est de résoudre les difficultés liées à la gestion d’entreprise… Nous vous conseillons tant au niveau stratégique, que tactique, qu’opérationnel.

Nous vous conseillons dans tous domaines d’activités sur des aspects économiques, financiers, juridiques et fiscaux.

Du diagnostic à l’accompagnement, en passant par le conseil, nous complétons vos connaissances à chaque étape du processus pour un véritable retour sur investissement.

Avec nos méthodes éprouvées et outils performants, vous pouvez comptez sur des conseils à forte valeur ajoutée…

Vous avez une demande d’information additionnelle sur la finance d’entreprise et le business, votre expert – René Curti – est à votre écoute.

  • Business model

    Le business model, ou modèle d’affaires, aussi appelé modèle d’entreprise la représentation systémique et synthétique de l’origine de la valeur ajoutée d’une entreprise et de son partage entre les différentes parties prenantes, sur une période et pour un domaine d’activité clairement identifiés. Le business plan est rédigé postérieurement au business model.

    Le business model est donc un document de référence qui présente la manière dont une entreprise entend fonder et garantir sa rentabilité. À ce titre il est révélateur de la capacité de l’équipe dirigeante de l’entreprise à définir des objectifs et à produire des résultats.

    Les principaux aspects de l’activité sont passés en revue depuis les finalités (but, offres, stratégies), jusqu’aux ressources et moyens déployés (infrastructure, organisations, pratiques de diffusion ou distribution, processus et règles de fonctionnement). L’outils principal est le business model canvas, ou matrice d’affaires, représentant les facettes essentielles d’une entreprise ou d’un nouveau produit.

    Les entreprises faisant appel à des financements externes ou internes s’efforcent d’actualiser leur modèle d’entreprise en réponse aux demandes d’information.

    Nous vous offrons un support lors de la création d’un business model taillé sur mesure et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa réalisation afin que vous ayez un aperçu complet de la vision et de la capacité à créer une valeur ajoutée plus ou moins rapidement.

  • Stratégie d'entreprise

    La stratégie d’entreprise, aussi appelée politique générale d’entreprise ou management stratégique, désigne l’ensemble des choix d’allocation de ressources qui définissent le périmètre d’activité d’une organisation en vue de réaliser ses objectifs. Les axes de stratégies classiques cherchent à assurer sa rentabilité, son développement, sa pérennité et le bien-être qu’elle apporte aux salariés. Elle correspond aux axes de développement choisis pour l’entreprise et se concrétise à travers un système d’objectifs et un modèle économique, ou une chaîne de valeur, piloté par un processus décisionnel complexe … la décision stratégique.

    Les outils d’aide à la décision stratégique sont pour les principaux :

    • l’analyse PESTEL,
    • l’analyse SWOT, le plus connu des outils,
    • la matrice “marchés-produits” d’Igor Ansoff,
    • la matrice de position concurrentiel de Arthur D. Little,
    • la matrice BCG du Boston Consulting Group,
    • les 5 forces de Michael Porter,
    • la chaîne de valeur de Michael Porter.

    Les 4 types de stratégies globales (corporate strategy) sont les stratégies de :

    • spécialisation,
    • diversification,
    • intégration,
    • externalisation.

    Nous vous offrons un support à l’élaboration d’une stratégie d’entreprise et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa réalisation afin que vous ayez en main une feuille de route qui assure la réalisation des objectifs stratégiques.

  • Business plan

    Le business plan, ou plan d’affaires, aussi appelé plan de développement ou encore stratégie d’affaires, formalise par écrit les projections d’évolution d’une entreprise et découle du modèle d’affaires – Business model. Il permet de structurer le projet, tester sa viabilité et de disposer d’un canevas formel, indiquant la voie à suivre. Il sert à communiquer en externe le contenu du plan d’action et l’énoncé des décisions concrètes et opérationnelles qui en découlent.

    Le business plan est un document contenant les objectifs d’affaires, les méthodes, la façon et les délais dont ces objectifs peuvent et doivent être atteints. Il décrit également la nature des affaires, comprend des informations de base sur l’organisation de l’entreprise, ses projections financières et les stratégies qu’elle entend mettre en œuvre pour atteindre les objectifs fixés.

    Le business plan est un document indispensable à la collecte de fonds et est souvent indispensable pour l’obtention d’un prêt bancaire ou tout autre type de financement.

    Nous vous offrons un support lors de la création d’un business plan et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa réalisation afin que vous ayez en main une feuille de route qui assure la réalisation des orientations stratégiques et le suivi au travers des budgets annuels.

  • Evaluation financière de projets

    L’évaluation financière de projets, notamment de projets d’investissement, est l’étude d’un ou plusieurs projets permettant d’analyser leurs viabilité en fonction des conditions internes et externes d’une entreprise. Ces conditions constituent les normes et les contraintes imposées aux projets et peuvent être basées sur des études techniques et commerciales déjà réalisées dans le passé.

    Les outils d’aide à la décision sont pour les principaux :

    • la valeur actuelle nette – Discounted Cash Flow (DCF),
    • le taux de rentabilité interne (TRI) du projet ou des actionnaires,
    • le taux de rendement interne modifié, (Taux Baldwin)
    • le délai de récupération du capital investi – Pay-back period (PBP),
    • l’indice de profitabilité,
    • l’analyse de scénarii,
    • l’analyse de sensibilté,
    • l’analyse de réversibilité
    • les critères de Wald (maximin), de Laplace, de Bayse (espérance de gain), de Savage (regret minimum), d’Hurwitz (coefficent de confiance).

    Nous vous offrons un support à l’évaluation des projets de toute nature et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa réalisation afin que vous ayez en main une maîtrise des coûts et dépenses.

  • Plan de trésorerie

    Le plan de trésorerie formalise par écrit les projections d’évolution du cash flow de l’entreprise. Il découle du business plan en général.

    Il permet de structurer les besoins en trésorerie, de déterminer les besoins en fonds de roulement et de disposer d’un outils de suivi de la trésorerie qui est le “nerf de la guerre”. Il sert à communiquer en externe notamment avec les bailleurs de fonds que sont les banques généralement.

    Le plan de trésorerie est un document contenant les encaissements et décaissements journaliers, hebdomadaires et mensuels ainsi que les prévision à une année afin que les dirigeants puissent savoir le niveau de trésorerie attendu à une date donnée. Il sert de base pour la recherche de fonds en cas de manque de liquidité par exemple.

    Le plan de trésorerie est un document indispensable à la collecte de fonds et est souvent indispensable pour l’obtention d’un prêt bancaire ou tout autre type de financement.

    Nous vous offrons un support lors de l’établissement d’un plan de trésorerie et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa réalisation afin que vous ayez en main une feuille de route qui assure la maîtrise du besoin en fonds de roulement le suivi au travers de prévisions.

  • Budget & Etats financiers

    Pour une organisation, à savoir un indépendant, une association, une entreprise, etc., ou une entité, à savoir un équipement, un service, un établissement, un projet, une mission, une fonction, etc., le budget est un document récapitulatif des recettes et des dépenses prévisionnelles déterminées et chiffrées pour un exercice comptable à venir, généralement établi pour une prévision d’un exercice ou d’une année civile.

    Le budget n’est pas un document normalisé et ne fait pas partie des documents prévus par la méthodologie de la comptabilité financière, mais l’outil « budget » est largement utilisé.

    La méthode et la procédure budgétaire se révèlent en effet très utiles dans le cadre d’une entreprise ou d’une organisation pour servir de point d’appui aux tâches de prévision, de pilotage ou de contrôle des organes dirigeants, ainsi des responsables d’unité, département, …

    La gestion budgétaire se résume en un plan ou un état prévisionnel des recettes et de dépenses présumées qu’une organisation aura à encaisser et à effectuer pendant une période donnée.

    La gestion budgétaire implique trois concepts :

    • la prévision,
    • la budgétisation,
    • le contrôle budgétaire.

     

    Les états financiers sont une représentation financière structurée des événements affectant une entreprise (ou une organisation), et des transactions réalisées par celle-ci. Leur objectif est de fournir des informations sur la situation financière, la performance, et les flux de trésorerie d’une entreprise, ces informations étant utiles lors de prise de décisions économiques. Les états financiers servent ainsi à comparer dans le temps la performance d’une entreprise par rapport à ses performances passées, mais aussi par rapport à d’autres entreprises.

    Les états financiers et l’information comptable ne sont pas définis de la même façon dans le référentiel suisse et dans le référentiel international (IFRS). Les états financiers comprennent :

    • le bilan, ou état de situation financière,
    • le compte de résultat, ou état du résultat global,
    • l’état des variations de capitaux propres,
    • le tableau de flux de trésorerie,
    • les annexes à ces états financiers

    Les Annexes sont ainsi partie intégrante des états financiers. Elles contiennent un résumé des principales méthodes comptables, certaines autres informations explicatives, ainsi que « tout autre document utile à la compréhension des comptes ».

    Ces documents forment un tout indissociable et sont des “titres”. Il convient donc de faire preuve de la plus grande prudence dans l’élaboration de ces derniers et de n’y mettre que des informations “justes” sans quoi un juge pourrait les considérer comme des faux dans les titres.

    Pour être utiles et valides, les informations comptables qu’ils contiennent doivent être :

    • « intelligibles », car le lecteur doit pouvoir se forger une opinion sur l’activité de l’entreprise à la simple lecture des informations comptables,
    • « pertinentes », car les informations doivent permettre au lecteur de prendre des décisions économiques appropriées sur le futur de l’entreprise,
    • « d’une importance relative », car une information comptable ne doit être divulguée que si et seulement si elle apporte des éléments utiles à la prise de décision en fonction du seuil de signification.

    L’information doit enfin être « fiable », utilisée sans risque d’erreur.

    La fiabilité repose sur quatre principes fondamentaux :

    • la neutralité,
    • l’apparence juridique,
    • la prééminence de la réalité économique sur l’apparence juridique et
    • le respect de l’image fidèle.

    Nous vous aidons dans l’établissement de vos états financiers ainsi que dans les budgets qui sont liés.

  • Systèmes de management - MIS

    Nous constatons trop souvent dans les entreprises, que les pratiques internes sont des composantes séparées sous forme de silos vaguement liés entre eux, avec pour conséquences, la création de « bruit »  sur l’organisation et le fonctionnement global.

    Le système de management (MIS – Management Information System) est une structure de gestion des données et d’informations, de procédures et de processus en place dans l’entreprise.

    Nous développons des systèmes de management pour votre entreprise, en intégrant les différents processus, indicateurs de performance et objectifs.

  • Tableaux de bords

    Nous vous aidons à définir des indicateurs robustes et fiables qui sont la base de la prise de décision, qu’elle soit stratégique, tactique ou opérationnelle. Elle doit être basée sur des informations disponible à tout moment. Ces informations se doivent d’être fiables, précises et pertinentes si l’on veut prendre la meilleure décision possible.

    Nous mettons à disposition des d’outils permettant une agrégation des données représentative de la situation et une interprétation claire, sans ambiguïté.

    Les indicateurs clé (KPI, KRI) doivent pouvoir mesurer les performances tant quantitatives que qualitatives. Bon nombre d’outils sont à disposition, tels que des des tableaux de bord ou, plus évolué, des tableaux de bord prospectifs (BSC – Balanced Score Card), mais encor faut-il qu’il soit adapté à votre organisation.

    Nous créons des systèmes d’indicateurs adaptés à la situation de chaque entreprise ou organisation.

    Nous développement des outils propres pouvant intégrer des indicateurs variés autant financiers, que quantitatifs ou qualitatifs.

  • Evaluation des risques (961c CO)

    L’évaluation des risques vise à réduire la probabilité d’échec ou d’incertitude de tous les facteurs pouvant affecter les objectifs d’une entreprise, d’une ONG, d’une collectivité publique ou d’un projet stratégique.

    Cette évaluation des risques permet de transcender la simple obligation législative que les sociétés doivent remplir lorsqu’elles établissent leur rapport annuel (CO 961c al. 2 ch. 2). Afin d’apporter une valeur ajoutée, nous vous aidons à mettre en œuvre une gestion des risques qui répond aussi bien à la norme ISO 31000:2018 que le référentiel COSO II (2017) afin de préserver le patrimoine de l’entreprise et d’avoir une assurance raisonnable quant à l’atteinte des objectifs stratégiques. Il est adapté à tous les types d’organisations (entreprises commerciales, ONG, administrations publiques, …), tous les types d’activités (finance et banques, industries, production, services, vente, …) et de nombreuses fonctions. Combiné aux différents cockpits dédiés à la gestion des risques, il permet d’assurer un suivi et une optimisation constante des mesures prises dans la gestion des risques stratégiques.

    C’est un outil très utile et indispensable pour les membres de la haute-direction d’une entreprise, tel que les conseils d’administration et la direction générale, mais également pour les chefs de PME, voire TPE.

    Nous vous aidons à prendre du recul et à construire une cartographie des risques globale et performante afin de minimiser l’impact sur les activités et d’assurer l’atteinte des objectifs fixés.

  • Evaluation d'investissements

    L’évaluation d’investissements est l’étude d’un ou plusieurs projets permettant d’analyser leurs viabilité en fonction des conditions internes et externes d’une entreprise. Ces conditions constituent les normes et les contraintes imposées aux projets et peuvent être basées sur des études techniques et commerciales déjà réalisées dans le passé.

    Le choix et la décision d’un investissement est crucial dans la vie d’une entreprise, car il est par principe irréversible. Cela revient au calcul de la valeur présente de l’actif créé par l’investissement et de sa comparaison au coût de ce dernier. L’investissement est créateur de richesse si sa valeur présente est supérieure à son coût. En termes relatifs, cela équivaut à une rentabilité économique supérieure au coût moyen pondéré du capital. La rentabilité économique est calculée sur la base du plan d’affaires. Le coût moyen pondéré du capital utilisé n’est pas celui de la société dans son ensemble mais celui du projet spécifique. On peut en effet représenter une entreprise comme la détentrice d’un portefeuille d’investissements. Dès lors, dans la même mesure qu’un investisseur juge de la rentabilité de chaque action au regard de son bêta, chaque actif opérationnel doit être jugé au regard de son propre risque systématique.

    Intuitivement, un investissement dont la rentabilité attendue est supérieure au coût moyen pondéré du capital qui lui est associé aura sur la société :

    • si sa rentabilité est faible, un impact bénéfique sur le niveau de risque systématique plus important que l’impact négatif sur la rentabilité de l’ensemble,
    • si sa rentabilité est forte, un impact positif sur la rentabilité de la société l’emportant sur l’accroissement induit du risque systématique.

    Plus généralement, la création de richesse induite par un investissement spécifique est en théorie indépendante des caractéristiques financières du reste de la société. La pertinence d’une décision d’investissement ne dépend que de la capacité à estimer sa rentabilité espérée et à évaluer sa sensibilité à la conjoncture macroéconomique.

    Les outils d’aide à la décision sont pour les principaux :

    • la valeur actuelle nette – Discounted Cash Flow (DCF),
    • le taux de rentabilité interne (TRI) du projet ou des actionnaires,
    • le taux de rendement interne modifié (Taux Baldwin),
    • le délai de récupération du capital investi – Pay-back period (PBP),
    • l’indice de profitabilité,
    • l’analyse de scénarii,
    • l’analyse de sensibilité,
    • l’analyse de réversibilité
    • les critères de Wald (maximin), de Laplace, de Bayes (espérance de gain), de Savage (regret minimum), d’Hurwitz (coefficient de confiance).

    Nous vous offrons un support à l’évaluation d’investissements de toute nature et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa réalisation afin que vous ayez en main une maîtrise des coûts et dépenses.

  • Contrôle budgétaire

    La gestion budgétaire est un plan ou un état prévisionnel des recettes et de dépenses présumées qu’une organisation aura à encaisser et à effectuer pendant une période donnée.

    La gestion budgétaire implique trois concepts :

    • la prévision,
    • la budgétisation,
    • le contrôle budgétaire.

    Le contrôle budgétaire sert à déterminer dans quelle mesure une organisation atteint ses objectifs sur le plan financier. Il est nécessaire de comparer régulièrement les revenus et les dépenses réelles par rapport aux revenus et aux dépenses budgétés. Pour cela, il faut être capable de préparer un rapport d’analyse des écarts. Ceci montrera, mois après mois par exemple, dans quels domaines les dépenses sont trop élevées, à quels domaines ou à la réalisation de quels objectifs n’a pas été consacré suffisamment d’argent. Afin de pouvoir réaliser un rapport d’analyse des écarts et les projections des marges brutes, il faudra détailler le budget général en un budget mensualisé.

    L’analyse des écarts (écart-volumes ou écarts-prix) fournit des indications précieuses sur l’existence de décalages plus ou moins importants entre le prévu et le réalisé. Ces écarts sont mesurés et localisés. Le pilote du budget est en mesure de décider selon l’ampleur des éléments constatés et la meilleure prévision qu’il peut faire pour la suite des événements :

    • soit des ajustements marginaux avec rappel à l’ordre des exécutants;
    • soit des corrections plus significatives lorsque les écarts constatés font apparaître que la réalisation d’un objectif est devenu hors de portée.

    Nous vous aidons dans d’un contrôle budgétaire afin que vous pilotiez votre entreprise et adaptiez les activités selon les écarts constatés.

  • Fiscalité

    Nous proposons aux PME, TPE, startups et indépendants suisses, ainsi qu’aux institutions de prévoyance, associations et fondations, une solution simple qui leur permet de gérer leurs impôts et fiscalité de A à Z grâce à une délégation des tâches administratives.

    Notre cœur de métier est de résoudre les difficultés liées aux métiers des chiffres… Nous gérons pour vous la TVA, les déclarations fiscales, les impositions des personnes morales et physiques (Impôt sur le revenu, Impôt sur la fortune, etc).

    Nous pouvons vous conseiller sur les questions fiscales en matière :

    • de TVA,
    • d’établissement de déclarations d’impôts pour les personnes physiques et morales,
    • de démarches auprès des autorités fiscales pour réclamation, recours et négociation,
    • de succession, transmission, scission, fusion et acquisition (approche comptable, fiscale et juridique).

    Nous mettons tout en oeuvre afin de coordonner la planification fiscale des chef-fe-s d’entreprise.

     

Votre expert – Olivier Terrettaz – est à votre disposition.

 

Nous proposons aux PME, TPE, start-up et indépendants suisses une solution simple qui vous permet de solutionner des problèmes ou difficultés.

Notre cœur de métier est de résoudre les difficultés liées à la gestion d’entreprise… Nous vous conseillons tant au niveau stratégique, que tactique, qu’opérationnel.

Nous vous conseillons dans tous domaines d’activités sur des aspects économiques, financiers, juridiques et fiscaux.

Du diagnostic à l’accompagnement, en passant par le conseil, nous complétons vos connaissances à chaque étape du processus pour un véritable retour sur investissement.

Avec nos méthodes éprouvées et outils performants, vous pouvez comptez sur des conseils à forte valeur ajoutée…

Vous avez une demande d’information additionnelle sur les décisions d’investissements, votre expert – Olivier Terrettaz – est à votre écoute.

  • Validation du projet d'investissement

    L’évaluation d’investissement, est l’étude d’un ou plusieurs projets permettant d’analyser leurs viabilité en fonction des conditions internes et externes d’une entreprise. Ces conditions constituent les normes et les contraintes imposées aux investissements et peuvent être basées sur des études techniques et commerciales déjà réalisées dans le passé.

    Pour évaluer un projet, une grille d’analyse multicritères est développée afin de tenir comptes non seulement des aspects économiques et financiers du projet, mais également de sa durabilité, de son alignement à la stratégie d’entreprise, de sa conformité, …

    Les outils d’aide à la décision sont pour les principaux :

    • la valeur actuelle nette – Discounted Cash Flow (DCF),
    • le taux de rentabilité interne (TRI) du projet ou des actionnaires,
    • le taux de rendement interne modifié, (Taux Baldwin)
    • le délai de récupération du capital investi – Pay-back period (PBP),
    • l’indice de profitabilité,
    • l’analyse de scénarii,
    • l’analyse de sensibilté,
    • l’analyse de réversibilité
    • les critères de Wald (maximin), de Laplace, de Bayse (espérance de gain), de Savage (regret minimum), d’Hurwitz (coefficent de confiance).

    Nous vous offrons un support à l’évaluation d’investissement de toute nature et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa réalisation afin que vous ayez en main une maîtrise des coûts et dépenses.

  • Evaluation financière de l'investissement

    L’évaluation financière d’investissement est l’étude d’un ou plusieurs projets permettant d’analyser leurs viabilité en fonction des conditions internes et externes d’une entreprise. Ces conditions constituent les normes et les contraintes imposées aux investissements et peuvent être basées sur des études techniques et commerciales déjà réalisées dans le passé.

    Les outils d’aide à la décision sont pour les principaux :

    • la valeur actuelle nette – Discounted Cash Flow (DCF),
    • le taux de rentabilité interne (TRI) du projet ou des actionnaires,
    • le taux de rendement interne modifié, (Taux Baldwin)
    • le délai de récupération du capital investi – Pay-back period (PBP),
    • l’indice de profitabilité,
    • l’analyse de scénarii,
    • l’analyse de sensibilté,
    • l’analyse de réversibilité
    • les critères de Wald (maximin), de Laplace, de Bayse (espérance de gain), de Savage (regret minimum), d’Hurwitz (coefficent de confiance).

    Nous vous offrons un support à l’évaluation d’investissement de toute nature et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa réalisation afin que vous ayez en main une maîtrise des coûts et dépenses.

  • Evaluation du retour sur investissement - ROI

    Le retour sur investissement ou rentabilité du capital investi (RCI), parfois appelé également rendement, taux de rendement, taux de profit ou encore ROI (Return on Investment), désigne le ratio financier qui mesure le montant d’argent gagné ou perdu, par rapport à la somme initialement investie dans un investissement notamment ou dans une entreprise à l’extrême, dans ce cas, on parlera d’évaluation d’entreprise. Pour se référer à l’argent investi, on emploie les termes d’actif, de capitaux, de somme principale ou de valeur d’acquisition de l’investissement ou de l’entreprise.

    Pour avoir des informations sur le caractère durable ou non du retour sur investissement, on parlera de performance durable.

    Le retour sur investissement attendu par les actionnaires majoritaires, investisseurs ou entrepreneurs varient en fonction de l’investissement, que cela soit un projet, une unité de production, une PME, TPE ou une entreprise cotée, etc.

    Les outils d’aide à la décision sont pour les principaux :

    • le tableau de Du Pont,
    • le coût du capital, soit le WACC ou le MEDAF,
    • l’Economic Value Added (EVA), résultat net résiduel,
    • la valeur actuelle nette – Discounted Cash Flow (DCF),
    • le taux de rentabilité interne (TRI) du projet ou des actionnaires.

    Nous vous offrons un support à l’évaluation du retour sur investissement de projets de toute nature et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa compréhension (taux de rotation du capital et taux de marge bénéficiaire) afin que vous ayez en main toutes les clés pour décider.

Votre expert – René Curti – est à votre disposition.

 

Nous proposons aux PME, TPE, start-up et indépendants suisses une solution simple qui vous permet de solutionner des problèmes ou difficultés.

Notre cœur de métier est de résoudre les difficultés liées à la gestion d’entreprise… Nous vous conseillons tant au niveau stratégique, que tactique, qu’opérationnel.

Nous vous conseillons dans tous domaines d’activités sur des aspects économiques, financiers, juridiques et fiscaux.

Du diagnostic à l’accompagnement, en passant par le conseil, nous complétons vos connaissances à chaque étape du processus pour un véritable retour sur investissement.

Avec nos méthodes éprouvées et outils performants, vous pouvez comptez sur des conseils à forte valeur ajoutée…

Vous avez une demande d’information additionnelle sur le financement d’entreprise, votre expert – René Curti – est à votre écoute.

  • Business plan

    Le business plan, ou plan d’affaires, aussi appelé plan de développement ou encore stratégie d’affaires, formalise par écrit les projections d’évolution d’une entreprise et découle du modèle d’affaires – Business model. Il permet de structurer le projet, tester sa viabilité et de disposer d’un canevas formel, indiquant la voie à suivre. Il sert à communiquer en externe le contenu du plan d’action et l’énoncé des décisions concrètes et opérationnelles qui en découlent.

    Le business plan est un document contenant les objectifs d’affaires, les méthodes, la façon et les délais dont ces objectifs peuvent et doivent être atteints. Il décrit également la nature des affaires, comprend des informations de base sur l’organisation de l’entreprise, ses projections financières et les stratégies qu’elle entend mettre en œuvre pour atteindre les objectifs fixés.

    Le business plan est un document indispensable à la collecte de fonds et est souvent indispensable pour l’obtention d’un prêt bancaire ou tout autre type de financement.

    Nous vous offrons un support lors de la création d’un business plan et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa réalisation afin que vous ayez en main une feuille de route qui assure la réalisation des orientations stratégiques et le suivi au travers des budgets annuels.

  • Budget de trésorerie

    La gestion budgétaire est un plan ou un état prévisionnel des recettes et de dépenses présumées qu’une organisation aura à encaisser et à effectuer pendant une période donnée.

    La gestion budgétaire implique trois concepts :

    • la prévision,
    • la budgétisation,
    • le contrôle budgétaire.

    Le budget de trésorerie formalise par écrit les projections d’évolution du cash flow de l’entreprise. Il découle du business plan en général.

    Il permet de structurer les besoins en trésorerie, de déterminer les besoins en fonds de roulement et de disposer d’un outils de suivi de la trésorerie qui est le “nerf de la guerre”. Il sert à communiquer en externe notamment avec les bailleurs de fonds que sont les banques généralement.

    Le budget de trésorerie est un document contenant les encaissements et décaissements journaliers, hebdomadaires et mensuels ainsi que les prévision à une année afin que les dirigeants puissent savoir le niveau de trésorerie attendu à une date donnée. Il sert de base pour la recherche de fonds en cas de manque de liquidité par exemple.

    Le budget de trésorerie est un document indispensable à la collecte de fonds et est souvent indispensable pour l’obtention d’un prêt bancaire ou tout autre type de financement.

    Nous vous offrons un support lors de l’établissement d’un budget de trésorerie et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa réalisation afin que vous ayez en main une feuille de route qui assure la maîtrise du besoin en fonds de roulement le suivi au travers de prévisions.

  • Choix du financement

    Le financement, appelé également « lever des fonds », est l’opération qui consiste, pour celui qui emprunte, à se procurer des ressources monétaires nécessaires à la réalisation :

    • d’un besoin en fonds de roulement (BFR),
    • d’un projet,
    • d’un investissement ou réinvestissement productif ou commmercial,
    • d’une acquisition ou achat d’entreprise

    Nous vous aidons à déterminer le besoin exact de financement et d’optimiser son choix afin que les charges financières soit le plus adaptées à la structure de l’entreprise.

    Le financement peut être :

    • interne
      • Autofinancement (CAF),
      • Augmentation du capital (Fonds propres),
      • Amélioration du cycle de trésorerie,
    • externe
      • Affacturage (Factoring),
      • Leasing,
      • Crédit,
      • Hypothèque,
      • Emprunt et emprunt obligataire,
      • Obligation convertibles,
      • Prêts mezzanine,
      • Titrisation,
    • autre
      • Dons et héritage,
      • Subventions et aides publiques, notamment par le Cautionnement romand et les aides financières étatiques,

    Nous déterminons le plus précisément possible l’endettement idéal afin de bénéficier au maximum de l’effet de levier.

    Nous vous offrons un support lors du choix de financement tant sur la capacité d’endettement, que sur le mode de financement ainsi que sur le bailleur de fonds.

  • Négociations

    Nous vous accompagnons dans la négociation du financement afin de rechercher un accord, centrée sur les intérêts matériels et économique de l’emprunteur. Cette recherche d’accord implique la confrontation d’intérêts incompatibles sur divers points de négociation que nous rendrons compatibles par une recherche de concessions du bailleur.

    Lors de la négociation, nous discuterons sur les conditions d’un arrangement afin de parvenir à un accord ou une convention la plus satisfaisante pour l’emprunteur.

    Nous intervenons avec tous les instituts de financement, notamment les banques et les sociétés de leasing, mais également avec les aides étatiques, comme Cautionnement romand, la Fondation d’aide aux entreprises (FAE) notamment.

Votre expert – Olivier Terrettaz – est à votre disposition.

 

Nous proposons aux PME, TPE, start-up et indépendants suisses une solution simple qui vous permet de créer et d’implanter votre société dans des locaux que nous pouvons rechercher pour vous et nous pouvons vous proposer des membres de conseil d’administration ou gérant-e-s.

Notre cœur de métier est de résoudre les difficultés liées à la gestion d’entreprise… Nous vous conseillons tant au niveau de la création, que de l’implantation, que de la recherche de locaux, que de la gestion, …

Nous vous assistons dans toutes les étapes nécessaires à la création d’entreprise, au démarrage et développement des activités.

De la création à la gestion, nous complétons vos connaissances à chaque étape du processus pour un véritable retour sur investissement.

Avec nos méthodes éprouvées et outils performants, vous pouvez comptez sur une assistance personnalisée…

Vous avez une demande d’information additionnelle sur l’assistance, votre expert – Olivier Terrettaz – est à votre écoute.

  • Management par intérim

    Nous pouvons remplacer un directeur de manière temporaire et pour une courte durée.

    Nous assumons les tâches liées au poste en question et préparons l’arrivée du futur directeur.

    Nous proposons aux PME, TPE, start-up et indépendants suisses une solution simple qui vous permet de gérer en toute tranquillité une entreprise même lors de transitions ou de crises par un management par intérim approprié.

    Notre solution est idéale lors d’un départ immédiat d’une personne clé de votre société, car il est peu recommandé, voire très risqué, de confier cette mission à l’interne.

  • Management de projets

    Nous pouvons officier comme gestionnaire de projet, responsable du comité de pilotage ou tout autres fonctions dont vous auriez besoin dans le cadre de la gestion de projets.

    Nous vous aidons dans votre gestion de projets pour établir un plan d’affaire pour le projet par l’analyse précise du contrat interne ou externe. Il s’agit d’une pré-étude de rentabilité dite souvent Business Case où on y explique pourquoi il faut prendre le risque de faire le projet, cela permet d’écrire une note d’opportunité qui montre en quoi le projet s’aligne sur la stratégie définie par la direction, à définir un modèle d’affaire et inventorier les risques au préalable au métier et au projet qui va être lancé.

    La gestion de projet consiste à :

    • planifier le projet dans le temps : c’est l’objet de la planification,
    • chiffrer et suivre le budgétisé (étude préalable des coûts et avantages ou revenus attendus en contrepartie, des sources de financement, étude des risques projets, opérationnels et financiers et des impacts divers …),
    • maîtriser et piloter les risques,
    • atteindre le niveau de qualité souhaité,
    • faire intervenir de nombreuses parties prenantes : c’est l’objet des organisations qui identifient maîtrise d’œuvre et maîtrise d’ouvrage (voir également fonctions de maîtrise d’ouvrage),
    • responsabiliser le chef de projet ou le directeur de projet, mettre en place un comité de pilotage,
    • suivre des enjeux opérationnels et financiers importants,
    • organiser les avenants au contrat nécessaires pour couvrir les demandes de modifications.

    Nous vous offrons un support à la gestion de projet et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa réalisation afin que vous ayez un aperçu complet de la vision et de la capacité à créer une valeur ajoutée plus ou moins rapidement.

  • Succession & Transmission

    La réussite d’une transmission de patrimoine ou d’entreprise demande une grande préparation, tant pour le propriétaire que pour son successeur.

    Le processus prenant en moyenne plusieurs années du début à son terme, il est conseillé au propriétaire d’entamer une réflexion sur la transmission de son patrimoine ou activité le plus tôt possible, afin d’éviter les mauvaises surprises et ainsi assurer une transmission sereine. Un repreneur avisé, quant à lui, n’entreprendra rien sans avoir au préalable minutieusement examiné les comptes et la santé de l’entreprise qu’il souhaite racheter, notamment en procédant à une due diligence.

    Les types de transmission d’entreprise les plus courants sont :

    • le management buy-out (MBO),
    • le management buy-in (MBI),
    • le participation ou la reprise par un investisseur financier,
    • la vente à une autre entreprise,
    • la fusion avec une autre entreprise,
    • l’IPO dans des cas internationaux,
    • voire la liquidation pure et simple.

    L’organisation de la transmission d’un patrimoine ou celle de son entreprise n’est pas chose aisée puisque la démarche nécessite une expertise technique, tout en touchant aux émotions… il est toujours difficile de se séparer d’un bien ou patrimoine.

    Pour cela nous somme à votre écoute pour vous accompagnement sur le plan de l’affectif par des conseils, du coaching ou, au besoin, de la médiation.

    Nous nous mobilisons afin que votre patrimoine, votre entreprise et vos biens arrivent en de bonnes mains, au sein de la famille ou par un repreneur externe. Nous cherchons à ce que leur valeur soit préservée au maximum et que vous puissiez tirer le meilleur profit des fruits de votre travail.

    Il est important de faire appel suffisamment tôt aux connaissances approfondies et au tact de nos expert-e-s, car le règlement de la succession d’une entreprise d’une manière opérationnelle et financière est un défi particulier qui fait partie des tâches stratégiques les plus importantes et les plus complexes de la vie d’un-e cheff-e d’entreprise.

    Nous vous amenons des pistes de réflexion afin de vous aider à établir les bonnes options stratégiques et à préparer la transmission à la solution retenue. Nous vous expliquons les problèmes qui peuvent se poser avec les différentes options et surtout comment les éviter.

    Nous pouvons vous conseiller sur les mesures en matière de planification fiscale, de régime matrimonial, de droit successoral et de prévoyance liées à la succession de votre entreprise et nous vous accompagnons dans la mise en œuvre.

    Nous sommes là, à vos côtés, pour vous aider dans des situations qui ne sont pas uniquement financières ou économiques.

  • Assainissement

    Les nouvelles dispositions, entrées en vigueur le 1er janvier 2014, simplifient la procédure d’assainissement des entreprises et augmentent ainsi leurs chances de survie.

    Pour éviter une faillite, une entreprise en difficulté peut rechercher un arrangement avec ses créanciers… un concordat. Afin d’assurer la mise en place d’un tel accord, le juge octroie une période de sursis concordataire. Grâce aux nouvelles dispositions, le sursis concordataire ne débouche plus automatiquement sur un concordat ou une faillite, mais peut être plus souvent accordé à titre de véritable sursis économique.

    Les conditions requises pour homologuer un concordat sont moins strictes. La garantie du désintéressement des créanciers de troisième classe n’est plus une condition impérative. Les titulaires de parts doivent par ailleurs désormais contribuer de manière équitable à l’assainissement de l’entreprise.

    Nous vous aidons à mettre en oeuvre tout ce qui est possible juridiquement afin de redéployer les activités de votre entreprise tout en négociant avec les créancier afin de maximiser leur dividende suite au sursis concordataire ou remboursement, total ou partiel, de leurs dettes.

    Nous sommes là, à vos côtés, pour vous aider dans des situations qui ne sont pas uniquement financières ou économiques grâce aux connaissances approfondies et au tact de nos expert-e-s.

  • Commissaire au sursis

    Afin d’éviter le jugement de faillite, il est parfois possible de s’arranger avec ses créanciers, si les perspectives commerciales à moyen terme sont encourageantes et que les fournisseurs et créditeurs de la société gardent espoir de pouvoir continuer à faire des affaires.

    Ce type d’arrangement est appelé concordat en termes juridiques et est régi par la procédure concordataire de loi sur la poursuite pour dettes et la faillite.

    Avant que le juge prononce un sursis concordataire, il peut charger un ou plusieurs commissaires provisoire afin qu’ils analysent de manière approfondie les perspectives d’assainissement ou d’homologation d’un concordat (LP art. 293b).

    Le juge peut statuer sur l’octroi d’une période de sursis appelé un sursis concordataire (LP art. 293 et ss). Pour cela, il nomme un ou plusieurs commissaires (LP art. 295)pour contrôler que les accords passés soient tenus. Un délai impératif est fixé pour terminer les opérations du sursis concordataire.

    Préparer une demande de sursis concordataire est une opération compliquée qui doit être bien conçue. Le requérant doit motiver sa demande (production d’un bilan, compte d’exploitation, état du patrimoine et des revenus) et présenter un projet d’arrangement, d’assainissement, de réorganisation et élaborer des perspectives financières et commerciales crédibles.

    N’hésitez pas à vous faire épauler par des expert-e-s, car si la demande de sursis concordataire est refusée, ou que les opérations négociées et prévues dans le concordat échouent, l’ouverture d’une faillite est imminente !

  • Liquidateur

    Un entrepreneur peut en tout temps choisir de mettre fin à son entreprise… ce qui ne signifie pas forcément qu’il arrête son activité commerciale !

    Il peut en tout temps décider de mettre fin, du moins juridiquement, à sa société. La vie de l’entreprise ne se termine pas toujours par une faillite forcée, mais diverses raisons peuvent motiver un choix de fermeture, de fin des activités de la société :

    • Manque de rentabilité,
    • Situation conjoncturelle délicate,
    • Mauvaises perspectives commerciales dans le secteur d’activité concerné,
    • Départ à la retraite,
    • Manque de successeur approprié,
    • Changement de carrière,
    • Echéance contractuelle,
    • Décès d’un associé,
    • Création d’une nouvelle société,
    • Changement de statut juridique,
    • Reprise consentie par une corporation de droit publique,

    Les choix de modalités de fermeture revêtant une importance émotionnelle et financière particulière pour l’entrepreneur, il est recommandé de vous adresser à un liquidateur professionnel.

    La procédure de fermeture dépend de la forme juridique, mais en règle générale, la dissolution d’une société entraîne sa liquidation, c’est-à-dire la transformation en argent de tous ses biens et le règlement de ses dettes avec le montant ainsi obtenu. Une fois la liquidation achevée, la société doit être radiée du registre du commerce.

    N’hésitez pas à vous faire épauler par des expert-e-s, car la dissolution de la société est parfois douloureuse émotionnellement !

    Nous sommes là, à vos côtés, pour vous aider dans des situations qui ne sont pas uniquement financières ou économiques grâce aux connaissances approfondies et au tact de nos expert-e-s.

  • Curatelles (390 CC)

    La curatelle est une mesure de protection, volontaire ou imposée par l’Etat, en faveur d’une personne qui a besoin d’aide.

    Les types de curatelle sont :

    Une curatelle d’accompagnement est instituée, avec le consentement de la personne qui a besoin d’aide, lorsque celle-ci doit être assistée pour accomplir certains actes. Elle ne limite pas l’exercice des droits civils de la personne concernée.

    Une curatelle de représentation est instituée lorsque la personne qui a besoin d’aide ne peut accomplir certains actes et doit de ce fait être représentée. L’autorité peut limiter en conséquence l’exercice des droits civils de la personne concernée. Même si elle continue d’exercer tous ses droits civils, elle est liée par les actes du curateur.

    Une curatelle de représentation a pour objet la gestion du patrimoine, elle détermine les biens sur lesquels portent les pouvoirs du curateur. Elle peut soumettre à la gestion tout ou partie des revenus ou de la fortune, ou l’ensemble des biens. A moins que l’autorité n’en décide autrement, les pouvoirs de gestion du curateur s’étendent à l’épargne constituée sur la base des revenus et du produit de la fortune gérée. Sans limiter l’exercice des droits civils de la personne concernée, l’autorité peut la priver de la faculté d’accéder à certains éléments de son patrimoine. Si l’autorité prive la personne concernée de la faculté de disposer d’un immeuble, elle en fait porter la mention au registre foncier.

    Une curatelle de coopération est instituée lorsque, pour sauvegarder les intérêts d’une personne qui a besoin d’aide, il est nécessaire de soumettre certains de ses actes à l’exigence du consentement du curateur. L’exercice des droits civils de la personne concernée est limité de plein droit par rapport à ces actes.

    Une curatelle de portée générale est instituée lorsqu’une personne a particulièrement besoin d’aide, en raison notamment d’une incapacité durable de discernement. Elle couvre tous les domaines de l’assistance personnelle, de la gestion du patrimoine et des rapports juridiques avec les tiers. La personne concernée est privée de plein droit de l’exercice des droits civils.

    Les curatelles d’accompagnement, de représentation et de coopération peuvent être combinées (CC art. 397).

Votre expert – Olivier Terrettaz – est à votre disposition.

 

Nous proposons aux PME, TPE, start-up et indépendants suisses une solution simple qui vous permet de créer et d’implanter votre société dans des locaux que nous pouvons rechercher pour vous et nous pouvons vous proposer des membres de conseil d’administration ou gérant-e-s.

Notre cœur de métier est de résoudre les difficultés liées à la gestion d’entreprise… Nous vous conseillons tant au niveau de la création, que de l’implantation, que de la recherche de locaux, que de la gestion, …

Nous vous assistons dans toutes les étapes nécessaires à la création d’entreprise, au démarrage et développement des activités.

De la création à la gestion, nous complétons vos connaissances à chaque étape du processus pour un véritable retour sur investissement.

Avec nos méthodes éprouvées et outils performants, vous pouvez comptez sur une assistance personnalisée…

Vous avez une demande d’information additionnelle sur la création d’entreprise, votre expert – Olivier Terrettaz – est à votre écoute.

  • Implantation

    Le choix de l’implantation d’une entreprise peut être cruciale selon les produits et/ou les services proposés. Ainsi l’implantation territoriale – régionale, nationale ou internationale – peut diverger des objectifs fixés.

    Nous vous offrons des conseils sur l’implantation en Suisse de vos activités afin que les objectifs fixés ne divergent pas.

  • Recherche de locaux

    La recherche de locaux commerciaux peut se révéler fastidieuse et chronophage.

    Nous vous proposons de rechercher locaux, surfaces commerciales ou bureaux, en Suisse selon vos besoins afin de vous faire gagner du temps.

  • Structure juridique

    La création d’une société est perçue la plupart du temps comme charge administrative longue et fastidieuse. Malheureusement, dans bien des cas, pour raccourcir la durée cette phase, les étapes sont brûlées et cela peut avoir des conséquences fâcheuses, comme une forme juridique qui ne protège pas les actionnaires ou des risques pris sur sa fortune privée.

    Tous types juridiques de société (SA, Sàrl, Société simple, …) peuvent être constitués selon les besoins, les risques et les objectifs fixés.

    Nous vous offrons des conseils sur la création en Suisse de votre société afin de limiter vos risques. Nous pouvons également nous occuper de la gestion administrative et financière de la société nouvellement créée et nous intervenons aussi comme membre du conseil d’administration ou gérant.

  • BoLT | easyQuorum

    Plateforme d’automatisation et de digitalisation des assemblées et des séances de conseils d’administration, de fondation et de comités d’associations de BoLT | easyQuorum.

    Elle permet d’automatiser la préparation des séances (convocations, organisation, préparation des résolutions, etc.), la tenue de ces dernières (visio-conférence, live vote ou par voie de circulaire, feuille de présence, etc.) et de dresser sur un clic les documents officiels et juridiques (feuilles de présence, résolutions, procès-verbaux, etc.).

    Pour vous connecter, saisissez votre nom d’utilisateur et le mot de passe que vous avez reçu de votre secrétaire.

    Pour toute information ou demande de connexion, contactez votre secrétaire qui est là pour vous.

  • Administrateur & Gérant

    A la création de la société, vous aurez besoin d’un ou plusieurs administrateur-trice-s ou gérant-e-s. L’indépendance de la personne peut se révéler comme une plus-value du fait de ses connaissances fines et compétences larges des domaines économiques, juridiques, voire fiscaux. En outre, cette ou ces personnes pourront vous faire bénéficier de leur réseau, cela peut être un accélérateur du développement de la société.

    Des personnes de confiance peuvent être à disposition :

    • Administrateur-trice indépendant-e de conseils d’administration,
    • Gérant-e de sociétés,
    • Membre de conseils de fondation ou de comités,
    • Membre d’advisory board, comité consultatif.

    Nous vous proposons de sélectionner des personnes de confiance – administrateur-trice indépendante – pour votre conseil d’administration afin que vous vous consacriez au développement de vos activités.

  • Secrétaire externe du conseil

    Pour organiser vos séances de conseils d’administration, de fondation ou de comité et prendre les procès-verbaux, vous aurez besoin d’un secrétaire. Le droit suisse autorise une personne tierce à officier comme secrétaire externe (CO art. 712)

    Nous vous proposons de déléguer une personne de confiance comme secrétaire externe lors de vos séance de conseils afin que votre temps soit consacré à la réflexion et non l’organisation.

  • Gestion administrative & Organisation

    Le démarrage des activités d’une société n’est pas une sinécure, il faut être au four et au moulin. L’outsourcing constitue un très bon compromis, cela peut concerner notamment les tâches administratives, comptables, financières, de sélection et gestion du personnel, …

    Nous vous proposons de nous occupez, sur délégation, de la gestion administrative, comptable et financière de la société nouvellement créée.

  • Statuts & Règlements

    La rédaction des statuts d’une société est perçue trop souvent comme peu importante. Malheureusement, dans bien des cas, des statuts mal rédigés conduisent à des impasses et dans des cas extrêmes peuvent bloquer le développement, voire l’activité purement et simplement de l’entreprise.

    En cas de délégation de la gestion (CO art. 716b al. 1), il est exigé de par la loi (CO art. 716b al. 1) de rédiger un règlement d’organisation, car dans le cas contraire, les membres des organes dirigeants prennent de grands risques et mettent leur responsabilité directe en jeux.

    Sans base statutaire, ni règlement d’organisation, la gestion est, selon la loi (CO art. 716b al. 2), exercée conjointement par tous les membres du conseil d’administration. Cela signifie que si une délégation de la gestion a quand même été effectuée, celle-ci est illicite !

    De plus, la société doit tenir un registre des actions nominatives (CO art. 686) qui mentionne le nom et l’adresse des propriétaires et des usufruitiers d’actions nominatives. Elle tient ce registre de manière à ce qu’il soit possible d’y accéder en tout temps en Suisse. Ce registre est fondamental et des erreurs dans ce dernier peut amener une annulation des décisions de l’assemblée générale !

    Pour les actions au porteur (CO art. 697l), la société doit tenir une liste des détenteurs d’actions et des ayants droit économiques qui mentionne soit le prénom et le nom soit la raison sociale ainsi que l’adresse des détenteurs des actions et des ayants droit économiques. Elle mentionne la nationalité et la date de naissance des détenteurs d’actions au porteur. Les pièces justificatives de l’annonce au sens des art. 697i et 697j doivent être conservées pendant dix ans après la radiation de la personne de la liste ! En outre, le conseil d’administration doit s’assurer qu’aucun actionnaire n’exerce ses droits en violation de ses obligations d’annonce.

    Nous vous offrons des conseils sur la rédaction des statuts de votre société afin de les adapter aux besoins et désirs des propriétaires et nous vous proposons de vous assister dans la tenue du registre des actions nominatives ou de la liste des actions au porteur et des ayants droit économiques.

  • Business model

    Le business model, ou modèle d’affaires, aussi appelé modèle d’entreprise la représentation systémique et synthétique de l’origine de la valeur ajoutée d’une entreprise et de son partage entre les différentes parties prenantes, sur une période et pour un domaine d’activité clairement identifiés. Le business plan est rédigé postérieurement au business model.

    Le business model est donc un document de référence qui présente la manière dont une entreprise entend fonder et garantir sa rentabilité. À ce titre il est révélateur de la capacité de l’équipe dirigeante de l’entreprise à définir des objectifs et à produire des résultats.

    Les principaux aspects de l’activité sont passés en revue depuis les finalités (but, offres, stratégies), jusqu’aux ressources et moyens déployés (infrastructure, organisations, pratiques de diffusion ou distribution, processus et règles de fonctionnement).

    Les entreprises faisant appel à des financements externes ou internes s’efforcent d’actualiser leur modèle d’entreprise en réponse aux demandes d’information.

    Nous vous offrons un support lors de la création d’un business model taillé sur mesure et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa réalisation afin que vous ayez un aperçu complet de la vision et de la capacité à créer une valeur ajoutée plus ou moins rapidement.

  • Stratégie d'entreprise

    La stratégie d’entreprise, aussi appelée politique générale d’entreprise ou management stratégique, désigne l’ensemble des choix d’allocation de ressources qui définissent le périmètre d’activité d’une organisation en vue de réaliser ses objectifs. Les axes de stratégies classiques cherchent à assurer sa rentabilité, son développement, sa pérennité et le bien-être qu’elle apporte aux salariés. Elle correspond aux axes de développement choisis pour l’entreprise et se concrétise à travers un système d’objectifs et un modèle économique, ou une chaîne de valeur, piloté par un processus décisionnel complexe … la décision stratégique.

    Les outils d’aide à la décision stratégique sont pour les principaux :

    • l’analyse PESTEL,
    • l’analyse SWOT, le plus connu des outils,
    • la matrice “marchés-produits” d’Igor Ansoff,
    • la matrice de position concurrentiel de Arthur D. Little,
    • la matrice BCG du Boston Consulting Group,
    • les 5 forces de Michael Porter,
    • la chaîne de valeur de Michael Porter.

    Les 4 types de stratégies globales (corporate strategy) sont les stratégies de :

    • spécialisation ,
    • diversification,
    • intégration,
    • externalisation.

    Nous vous offrons un support à l’élaboration d’une stratégie d’entreprise et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa réalisation afin que vous ayez en main une feuille de route qui assure la réalisation des objectifs stratégiques.

  • Business plan

    Le business plan, ou plan d’affaires, aussi appelé plan de développement ou encore stratégie d’affaires, formalise par écrit les projections d’évolution d’une entreprise et découle du modèle d’affaires – Business model. Il permet de structurer le projet, tester sa viabilité et de disposer d’un canevas formel, indiquant la voie à suivre. Il sert à communiquer en externe le contenu du plan d’action et l’énoncé des décisions concrètes et opérationnelles qui en découlent.

    Le business plan est un document contenant les objectifs d’affaires, les méthodes, la façon et les délais dont ces objectifs peuvent et doivent être atteints. Il décrit également la nature des affaires, comprend des informations de base sur l’organisation de l’entreprise, ses projections financières et les stratégies qu’elle entend mettre en œuvre pour atteindre les objectifs fixés.

    Le business plan est un document indispensable à la collecte de fonds et est souvent indispensable pour l’obtention d’un prêt bancaire ou tout autre type de financement.

    Nous vous offrons un support lors de la création d’un business plan et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa réalisation afin que vous ayez en main une feuille de route qui assure la réalisation des orientations stratégiques et le suivi au travers des budgets annuels.

  • Evaluation financière de projets

    L’évaluation financière de projets, notamment de projets d’investissement, est l’étude d’un ou plusieurs projets permettant d’analyser leurs viabilité en fonction des conditions internes et externes d’une entreprise. Ces conditions constituent les normes et les contraintes imposées aux projets et peuvent être basées sur des études techniques et commerciales déjà réalisées dans le passé.

    Les outils d’aide à la décision sont pour les principaux :

    • la valeur actuelle nette – Discounted Cash Flow (DCF),
    • le taux de rentabilité interne (TRI) du projet ou des actionnaires,
    • le taux de rendement interne modifié, (Taux Baldwin)
    • le délai de récupération du capital investi – Pay-back period (PBP),
    • l’indice de profitabilité,
    • l’analyse de scénarii,
    • l’analyse de sensibilté,
    • l’analyse de réversibilité
    • les critères de Wald (maximin), de Laplace, de Bayse (espérance de gain), de Savage (regret minimum), d’Hurwitz (coefficent de confiance).

    Nous vous offrons un support à l’évaluation des projets de toute nature et nous vous assistons dans toutes les étapes de sa réalisation afin que vous ayez en main une maîtrise des coûts et dépenses.

Votre expert – Olivier Terrettaz – est à votre disposition.

Un appel d’offres est une procédure qui permet à un commanditaire (le maître d’ouvrage), de faire le choix, selon une grille multicritère, d’une offre d’une l’entreprise (le soumissionnaire qui sera le fournisseur à la fin de la procédure) la plus à même de réaliser une prestation de travaux, fournitures ou services. Le but est de mettre plusieurs entreprises en concurrence pour fournir un produit ou un service.

Les appels d’offres sont devenus une pratique courante pour les collectivités publiques et les entreprises para-publiques dès lors que leur montant est significatif (cf. valeurs-seuils dans les annexes 1 et 2 AIMP). Ils traduisent le poids des directions des achats et l’intensité de la concurrence. Des Jeux olympiques à un crédit bancaire en passant par une solution industrielle ou un projet informatique, tous les secteurs sont concernés.

Pour les marchés publics suisses, les règles de mise en concurrence sont décrites dans l’accord international sur les marchés publics (AIMP). L’Autorité intercantonale pour les marchés publics (AIMP) est la Conférence suisse des directeurs des travaux publics, de l’aménagement du territoire et de l’environnement (DTAP). La source de diffusion officielle en Suisse des appels d’offres est le système d’information sur les marchés publics (simap.ch).

Cette plateforme électronique conjointe de la Confédération, des cantons et des communes offre des opportunités commerciales. Il est nécessaire de réaliser une veille sur simap.ch et les autres sources (presse, sites web, délibérations, etc.) diffusant les appels d’offres.

Nous pouvons vous assister dans vos appels d’offres AIMP (Accord international sur les marchés publics) afin que la procédure soit conforme au droit.

Nous vous assistons dans la veille de marchés publics afin que vous puissiez saisir les opportunités.

Vous avez une demande d’information additionnelle sur les appels d’offres, votre expert – Olivier Terrettaz – est à votre écoute.

  • Adjudicateur

    Nous pouvons vous assister dans vos appels d’offres AIMP (Accord international sur les marchés publics) afin que la procédure soit conforme au droit et de vous faciliter la définition de l’offre et la saisie en ligne de l’appel d’offre.

    Nous pouvons gérer l’appel d’offres et sa publication dans simap.ch.

  • Soumissionnaire

    Nous pouvons vous assister, en tant que soumissionnaire AIMP, à la possibilité de vous inscrire à un appel d’offres.

    Nous pouvons gérer les dossiers d’appel d’offres sur simap.ch afin de vous faire gagner du temps.

  • Veille

    Nous vous assistons dans la veille de marchés publics afin que vous puissiez saisir les opportunités.